Accueil > Agir pour vous localement > Académie de Grenoble > Compte Rendu du Comité Technique Académique de Grenoble du 17 janvier (...)

Compte Rendu du Comité Technique Académique de Grenoble du 17 janvier 2019

Article publié le mardi 29 janvier 2019
  • Version imprimable

CR du CTA du 17 janvier 2019

Les délégués de l'UNSA Education étaient présents au CTA du 17 janvier pour faire entendre à l'administration que les dotations dans le premier comme dans le second degré pour la rentrée 2019 ne sont vraiment pas à la hauteur des besoins du terrain !

Si dans le premier degré, la priorité affichée donne +31 ETP (Equivalent Temps Plein = 1 poste complet) à l'académie, le +1 ETP pour le second degré est un trompe l'oeil !

Pour les administratifs, c'est le même régime avec 11 ETP supprimés.

Le vote unanime des organisations syndicales contre la répartition proposée pour le second degré témoigne de notre grand désaroi. Du fait de ce vote, le CTA se réunira à nouveau le 25 janvier prochain. Les organisations syndicales ont décidé du boycott des CTSD moyens 2D qui devaient se réunir avant le 25/1 (38, 73 et 74).

Ci-dessous les tableaux de répartition et notre analyse.

Quelle répartition des moyens 1er degré ?

  Evolution effectifs
Rentrée 19 / Rentrée 18
Dotation en ETP *
07 - 333 - 13
26 - 360 - 15
38 - 395 + 8
73 - 339 - 15
74 + 1335 + 66
Total - 92 + 31

* ETP : équivalent temps plein qui correspond à un poste temps complet.

Notre analyse à l'adresse de la rectrice :

Alors que notre ministre annonce « une priorité au premier degré », c’est bien une dégradation des conditions d’accueil des élèves et de travail de nos collègues qui se profile dans notre académie à la rentrée 2019.

Avec 31 ETP alloués, les seuls besoins générés par le dispositif « 100% de réussite» seront insuffisamment couverts. Cela impactera immanquablement les postes de PDMQDC, présentés comme une réserve épuisable...

Comment, dans ce contexte, améliorer de façon significative :

  •     le taux d’encadrement ?
  •     les moyens en remplacement ?
  •     l’accueil des moins de 3 ans ?

Le nombre d'élèves moyen par classe est le critère privilégié quand on pose la question de la qualité de l'enseignement aux parents d'élèves et aux professeurs. Ce critère semble complètement oublié par la dotation.

Votre proposition de répartition donnerait, hors plan ruralité :

- 13 ETP à l’Ardèche, - 15 à la Drôme, + 8 à l’Isère, - 15 à la Savoie et + 66 à la Haute-Savoie.

Nous déplorons être les témoins de redéploiements révélateurs d'une nouvelle gestion de la pénurie.

Dans ce contexte, le P/E de la Haute-Savoie reste inéluctablement bas ! Tous les autres départements, avec leurs particularités géographiques et sociales, subissent aussi à divers degrés le manque de moyens.

L’UNSA Education ne peut se satisfaire de cette situation. Notre ministre doit mettre des emplois derrière ses slogans sous peine d’attiser « les braises du mécontentement » chez nos collègues.

Quelle répartition des moyens second degré ?

  HP (Heure Poste) en ETP HSA (Heure Supplémentaire à l'Année) en ETP Solde en ETP *
Collèges - 15 + 75 + 60
En LGT - 78 + 25  
En LP/SEP + 6 + 7 - 39
En EREA + 0,6 + 0,4  
Réserve d’ajustement TRM Lycée + 21   + 21
Décharges académiques - 17 - 7 - 24
Moyens de suppléances - 8   - 8
Moyens provisoires stagiaires - 9   - 9
Mesures rentrée Académie de Grenoble - 99,4 + 100,4 + 1

* ETP : équivalent temps plein qui correspond à un poste temps complet.
 

Notre analyse à l'adresse de la rectrice :

Au niveau national, dans le second degré, la récupération de 2085 ETP se fera par une transformation en heures supplémentaires.

L’Unsa-Education dénonce cet affichage qui fait croire que finalement rien ne change alors qu’il s’agit bien de récupérer des heures postes pour les transformer en heures supplémentaires. Quand le ministre affiche un maintien des moyens d’enseignements, à l’UNSA-Education, nous considérons qu’il masque la réalité qui, pour les élèves comme pour les professeurs, va dégrader les conditions de travail.

Mais nous l’avons compris, le dialogue social n’est pas rompu, il n’a jamais existé : les enseignants, les OS et même le CSE n’est pas entendu. La réforme des lycées l’illustre bien : elle se met en place à la va vite, les programmes sortent sans concertation ni considération des remontées de terrain, et au final, des postes tombent… Des heures sup, encore plus d’heures sup… C’est bien mal considérer voire mépriser le statut d’enseignant et l’engagement des collègues dans leurs missions.

Les enseignants en ont assez : on nous demande toujours plus avec moins de moyens. L’ « école de la confiance » mise en avant par notre ministre est un slogan qui a perdu toute légitimité à nos yeux !

Dans l’académie, alors que nous devrions accueillir 1623 élèves de plus à la rentrée 2019, c’est seulement un ETP qui est alloué. Mauvais calcul ! C’est la perte sèche de 86 postes cumulée à une augmentation exagérée et inédite des HSA. A ce propos, nous rappelons notre opposition à la 2ème heure supplémentaire.

L’UNSA-Education, syndicat réformiste, favorable à des évolutions et des changements dans l’Education Nationale, exige que ceux-ci ne doivent pas être dictés par des coupes budgétaires contreproductives comme elles le sont déjà dans la réforme des lycées.

Documents joints



 
 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP